« Buñuel et le surréalisme : un chirurgien du regard »

Capture d’écran 2013-03-24 à 18.17.12

La tradition picturale du surréalisme mêle la rêverie et le fantastique au symbolique et au merveilleux. Ces multiples techniques qui célèbrent le hasard, tel que le cadavre exquis, affirment une volonté de rupture avec une façon ordinaire de voir et de saisir le monde. Le dossier « Buñuel et le surréalisme : un chirurgien du regard », écrit par Luc Duvinage en 2008 et hébergé sur le site Cadrage.net, nous permet d’envisager cette obsession du regard neuf dans la sphère cinématographique du surréalisme.

 ‘  Ce cinéaste du regard, selon Maurice Drouzy, « nous opère de la cataracte, dépucelle notre regard » . Or, s’il est un mouvement artistique préoccupé par le regard porté sur le monde, et par la force que peut avoir un regard autre, c’est bien le mouvement surrealiste ‘

Cadrage.net peut être définie comme une revue en ligne universitaire à comité de lecture dédiée au septième art. Fondée en 1998 à Montréal, cette association à but non lucrative réunit un collège d’universitaires de différents pays. Son statut d’association loi 1901 et son comité de lecture en font une source fiable et indépendante d’informations en rapport avec le cinema. En plus de dossiers pédagogiquement pertinents, ce site propose également des actualités, des analyses et des critiques.

Un des fondements de la poétique surréaliste est l’éloge du choc visuel, l’abondance de juxtaposition d’images et d’objets incongrus, agencés dans le but de perturber, de susciter une ambigüité. La présence d’humour noir, les principes d’écritures automatiques, tout ces jeux artistiques prônent une nouvelle voie d’accès au monde. La réalité est modifiée, elle est autre. Pour les surréalistes, l’œil, que Buñuel déchiquètera à la première scène du Chien Andalou par exemple, est une véritable métaphore politique. Les surréalistes aspirent à dépasser une ambition seulement picturale, et veulent introduire un regard révolutionnaire qui bouleverserait le monde.  En sectionnant cet œil, Buñuel cherche à savoir ce qui se trouve à l’origine du regard, qu’est-ce qui se cache derrière le regard ?

 Ce dossier présente un raisonnement clair, qui suit une problématique qui nous intéresse : Comment ce cinéaste, depuis l’opération initiale qu’il a fait subir à notre oeil, nous a-t-il permis de porter, à travers son oeuvre, un regard surréaliste sur le monde ? Comment son parcours singulier a-t-il pu influencer son rapport au surréalisme ?

 Ce que ce dossier nous apprend, c’est que la tradition cinématographique surréaliste préserve les principes des arts plastiques.  Buñuel tente véritablement « d’exprimer […] le fonctionnement réel de la pensée […] en l’absence de tout contrôle exercé par la raison ». Le film possède également une lecture Freudienne : le désir masculin est représenté par un plan de lune cisaillée par un nuage “violent et urgent, une pulsion qui submerge l’homme et à laquelle il ne peut échapper. Le film suit le parcours et l’évolution de ce désir, qui au final se révèle frustrant et voué à l’échec.” Les plans s’enchaînent tels des séquences imagés d’une hallucination, mêlant humour noir, folie et érotisme.

Au final, ce dossier pose toutes les bonnes questions, et permet d’analyser en profondeur tous les aspects d’un film qualifié de « surréaliste ». Nous vous recommandons fortement la lecture de cette dissertation si vous souhaitez mieux comprendre ce rêve mis en image.

 Charlotte

 

Publicités